On pourrait dire que le rôle d’un CTO est de concevoir, développer et entretenir un système informatique aligné avec les valeurs et les objectifs de la ou des business units de l’entreprise. Pour résumer, le CTO doit supporter le business par la technologie. Quand j’ai rejoint Matthieu pour créer SELF & CONSULT il y a plus d’un an, j’étais toutefois loin de m’imaginer la variété des tâches que cela allait englober. Voici, à quelques fonctions près, comment pourrait être décomposé mon travail quotidien :

  • Chef de produit : conception fonctionnelle de la plateforme, en lien étroit avec le « terrain » (nos consultants, nos clients…)
  • Chef de projet : orchestration de l’avancement du développement
  • Architecte : choix des technologies et conception des solutions techniques
  • Développeur : il faut bien à un moment ou un autre produire du code
  • Manager : recrutement et animation de l’équipe technique
  • Administrateur système : gestion de l’infrastructure
  • Consultant en sécurité : doit être une préoccupation permanente pour toute entreprise du numérique
  • Responsable qualité : conception puis réalisation des tests ainsi que le suivi en production
  • Directeur de l’innovation : veille technologique et définition de la roadmap en lien avec la stratégie
  • Chief Data Officer : récupération et exploitation des données produites par la plateforme
  • UX designer et Webdesigner : car un produit fonctionnel ne suffit pas, il faut de l’efficace et du beau
  • DSI « interne » : gestion du matériel et des outils pour les employés

Evidemment, impossible d’exceller sur chacun de ces postes, mais notre approche lean « globale » a permis de pallier à cela : on se concentre d’abord sur le minimum vital, puis on améliore progressivement, par petites touches, ce qui permet de monter en compétences en même temps. Certaines de ces fonctions, et en premier lieu celle de développeur, ont par ailleurs été déléguées au fur et à mesure que l’équipe technique s’étoffait.

Pour cette 2ème année, la variété des missions ne change pas, mais certaines deviennent plus importantes qu’avant :

  • la gestion de la roadmap : il faut aujourd’hui voir plus loin que le MVP (Minimum Viable Product) qu’on améliore, la roadmap technologique doit répondre a une vraie stratégie de croissance
  • l’architecture globale : il faut anticiper le besoin de scalabilité et les extensions à venir
  • le management et le recrutement : le pôle technique doit toujours être dimensionné de façon à pouvoir répondre à l’accélération du business.

Bref, mon travail de CTO évolue avec la croissance de la start-up, et ce n’est pas pour me déplaire !

Simon Creuchet

CTO – Chief Technology Officer